Flash Infos Mars 2013

Remise des clefs des logements nouvellement construits
aux sinistrés de l’incendie du 29 décembre 2011
(Projet Hariharananda Asahaya Punarbasa Yojana – HAPY)

Sanaphakana, une petite communauté d’environ 11 familles – soit 85 personnes – est établie dans le village de Nagaspur, à 42 kilomètres de la circonscription de Cuttack (Odisha), au milieu de terres arables.

Comme nous vous l’avions rapporté dans la Gazette n°6, un incendie soudain avait ravagé le 29 décembre 2011 leurs habitations et leurs récoltes.

Les membres de cette communauté, des travailleurs journaliers et leurs familles – y compris femmes, enfants et personnes âgées – n’avaient plus comme refuge que l’ombre des arbres ou une bâche fournie par les villageois avoisinants après le sinistre.

Lors d’une visite le 2 Janvier 2012 de délégués de la Mission Prajnana (association humanitaire indienne partenaire de Hand in Hand) et de personnes bienveillantes en provenance des villages voisins,  il fut découvert que les villageois sinistrés manquaient de nourriture et qu’il était urgent de leur fournir un abri.

Il fut alors décidé de leur fournir des logements permanents, par le biais d’un des projets HAPY de la Prajnana Mission.

Un architecte s’engagea bénévolement pour concevoir un plan économiquement  viable de construction d’un lotissement composé de 12 logements.

Après une discussion approfondie concernant le financement de l’ouvrage avec les membres de Hand in Hand et autres parties impliquées, les travaux de construction furent entrepris par la Mission en mars-avril 2012. Hand in Hand France a participé à ce financement.

Il avait été décidé de remettre les clés des logements le 2 Octobre 2012, jour considéré par les Indiens comme étant de bon augure puisqu’il s’agit de l’anniversaire du Mahatma Gandhi.

En Inde, il est traditionnel de faire un feu sacré avant de rentrer dans une maison neuve.

Après la cérémonie, les clés des logements étaient finalement remises aux victimes de l’incendie du Village Sanaphakana de Nagaspur par le Président de la Mission Prajnana.

Retour haut de page